Côte Ouest Italienne – 2021 – Autour de Naples

Naples

L’arrivée à Naples fut assez épique. Si vous n’avez pas confiance en vos capacités de conducteur, évitez de vous y rendre en voiture ! Les rues sont pavées, étroites et les italiens sont toujours pressés et peu soucieux de l’état de leur véhicule ou du respect du code de la route tel que nous le connaissons. En plus de tout cela, nous arrivons en soirée, ce qui n’a pas facilité les choses. Le logement que nous avions réservé s’est avéré très pratique et confortable. Cependant, petit bémol, le parking que l’hôte nous avait proposé était un parking où on ne peut pas garer nous-même la voiture ni en garder la clé. Cela nous aura un peu inquiétés. Nous n’aurons finalement pas eu de problème mais ce n’est pas toujours le cas. Dans tous les cas, si vous n’y allez pas en voiture ou si cela ne vous effraie pas, la Brillantina House pourra vous accueillir pour votre séjour.

Direction les visites à présent. Pour une fois, nous n’avions pas fait de plans précis et avions décidé de nous laisser porter par nos déambulations. Nous sommes rapidement arrivés dans le centre historique qui est très typique du Sud de l’Italie avec ses rues pavées, ses nombreuses boutiques diverses et variées et de très beaux bâtiments. Nous finirons par arriver devant le Duomo où, comme dans de nombreuses églises d’Italie, il n’est pas possible d’entrer sans une tenue appropriée. Cela signifie notamment d’avoir les épaules et les genoux couverts. Une exception est souvent acceptée en ce qui concerne les genoux à condition que ce ne soit pas trop court, mais en ce qui concerne les épaules, cela reste assez strict. Il est souvent possible de prendre un foulard à l’entrée, en moyennant une petite contribution, pour tout de même faire la visite.

Un peu plus loin, nous arriverons à la Basilique Santa Chiara qui est le plus grand monument gothique de Naples. L’intérieur est magnifiquement décoré et très lumineux ce qui, n’est pas ce à quoi nous nous attendions en voyant l’extérieur. En effet, celui-ci est beaucoup plus simple et austère. Nous avions également vu qu’il était possible de visiter le cloître qui devait présenter de nombreuses colonnes et fresques qui en font un endroit particulièrement kitsch mais également surprenant. Nous avons cependant trouver que le prix d’entrée (6€ par personne) pour simplement y passer quelques minutes et prendre des photos, n’était pas justifié.

Nous passerons ensuite par le quartier espagnol où se trouvent de nombreux restaurants dans des ruelles très étroites mais aussi des étals de marchés de fruits et légumes, et surtout de poissons, très beaux mais très odorants. Cette balade nous emmènera au centre plus récent où se trouvent la Galleria Umberto I, galerie commerçante surtout célèbre de par son architecture, et également la Piazza del Plebiscito et le palais royal. Nous ne pourrons pas voir ces deux derniers points de près car un périmètre de sécurité y avait malheureusement été tracé pour cause de G20 climat la veille.

Impossible de venir à Naples sans y manger une vraie pizza napolitaine. Impossible également de faire le tri pour savoir où il serait mieux d’aller la trouver. Nous avons donc fait un choix de proximité. Puisque nous étions tout près de la Piazza del Plebiscito, nous avons sélectionné la Pizzeria Pavia à quelques dizaines de mètres de là. Se trouvant dans une ruelle à l’écart, elle était très petite, peu voire pas fréquentée par les touristes, et pratiquait des prix défiant toute concurrence. Une pizza Margherita toute simple à 3,50€ et une pizza Capricciosa à 6,50€ plus tard, satisfait de notre repas et de cette expérience, nous repartons en direction de la mer. Se dressent sur le front de mer deux châteaux : le Castel dell’ Ovo et le Castel Nuovo. Le premier est un château fort construit pour la première fois au VIIe siècle, le plus ancien de Naples. Le second, date de l’époque médiéval et a une structure plus gothique et plus particulière avec ses 5 tours.

Les transports en commun à Naples ne sont pas particulièrement fiables ni bien développés dans toute la ville. Cependant, la fatigue nous gagnant en plus de la chaleur qui commençait à se faire plus imposante, nous avons choisi de rejoindre le Castel Sant’Elmo en funiculaire. Grâce à l’application UNICOCAMPANIA, nous avons pu prendre des billets de transports journaliers à 3,50€ par personne pour la fin de la journée. Encore une fois, il n’a pas été facile de trouver un trajet qui permettait de se rendre au plus près du château. En effet, à la sortie du funiculaire, il a encore fallu marcher pendant une vingtaine de minutes pour y arriver. Après tout ce périple, nous n’allions pas nous défiler et ne pas payer les 5€ d’entrée par personne qui permettent d’avoir accès au château et surtout à sa terrasse panoramique. Il n’y a rien d’autre à y voir, mais la vue à 360° sur la ville et ses environs en vaut la peine. Nous en profiterons pendant de longues minutes avant de reprendre la direction du centre puis d’un supermarché pour nous ravitailler pour le soir et rentrer nous reposer.

Ischia

D’Ischia, il y aurait tellement à en dire, mais en ce qui nous concerne, nous ne pourrons pas en dire beaucoup. Nous n’avions qu’une journée à y consacrer et c’était clairement une erreur. Nous avions mal anticipé la richesse de cette île au moment où nous avons planifié ce voyage.

Cependant, ce que nous pouvons vous conseiller sans aucun doute, c’est de réserver vos billets de ferry en ligne, à l’avance. Vous pouvez soit passer par DirectFerries qui vous indiquera des options de compagnie ou bien, comme nous puisqu’en comparant les prix ils étaient plus avantageux, Caremar (l’une des compagnie proposée). Il faut comparer au moment de l’achat, une autre compagnie sera peut-être moins chère à ce moment précis. Attention, vous n’aurez qu’une confirmation pour Caremar. Les vrais tickets seront à récupérer au port, à une borne automatique, prise d’assaut par tous les passagers. Il ne faut pas compter sur les guichets qui sont également tous bien occupés. C’est pourquoi, il vaut peut-être mieux faire un détour par le port un autre jour avant le départ ou s’y présenter bien assez tôt. Les guichets finissent par faire passer les passagers du prochain départ en priorité mais non sans vous faire monter le stress avant.

Petit tip parking : puisque nous avions récupéré notre voiture, il fallait trouver une place à proximité du port. En nous renseignant la veille, nous avons fini par trouver le parking Brin, à 20 minutes à pied du port, qui coûte 5€ par jour. Cela aurait pu également être une bonne alternative pour nous garer pendant notre séjour puisque bien qu’il ne soit pas surveillé, les places y sont larges et on garde notre clé. D’autant que l’autre parking que nous avions nous coûtait le double au final…

Le trajet vers l’île dure environ 1h30 avec un arrêt sur l’île de Procida sur le chemin. En arrivant, nous nous dirigeons directement vers la gare de bus. Il y a un guichet où il est possible d’acheter les billets de bus. L’île étant assez vaste, nous savons que nous ne pourrons pas nous passer des transports et choisissons donc de prendre des billets journaliers à 4,50€ par personne. Comme nous pouvions l’anticiper, les bus sont pleins et il faut jouer des coudes pour pouvoir y monter. A cause des horaires de bateau, nous n’aurons finalement que 5 petites heures à consacrer à la visite de l’île et nous commencerons donc par un arrêt à Casamicciola puis Forio, où nous déjeunerons en terrasse. Ces villages sont assez similaires mais chacun à son charme propre. Nous nous approcherons ensuite de Sant’Angelo. Ce village n’est pas accessible en transports et il faut donc y descendre à pied le long d’une rue bordée de maisonnettes blanches et qui mène aux plages et à la Punta Sant’Angelo. Nous reprendrons ensuite le bus pour finir notre tour de l’île et descendrons à proximité de la Spiaggia dei Pescatori (la plage des pêcheurs). Nous l’avons longée jusqu’au Castello Aragonese pour finalement reprendre le bus jusqu’au port, l’heure de notre ferry approchant rapidement.

Vous l’aurez compris, Nous n’aurons fait que « survoler » l’île. Il y avait encore de nombreux points d’intérêts à visiter où dans lesquels passer un petit moment comme le jardin botanique de la Mortella, profiter des piscines thermales du Parco Negombo de Lacco Ameno, grimper le Mont Epomeo ou encore se reposer sur d’autres magnifiques plages. Il y aurait largement de quoi s’y occuper pendant plusieurs jours, voire une semaine. Nous y retournerons un jour sans doute pour pouvoir nous défaire de cette frustration mêlée d’intérêt que cette journée nous aura laissé.

Piano di Sorrento

Nous n’avons pas visité le village en lui-même mais nous tenons à vous recommander le meilleur hébergement que nous ayons eu depuis longtemps. Elena et Nando vous accueilleront avec énormément de gentillesse au Giardino di aranci e limoni (le jardin des oranges et des citrons). La maisonnette est fonctionnelle, la chambre spacieuse et climatisée et la salle de bain est équipée d’un lave-linge. De plus, si vous y venez en voiture, vous aurez une place dans un garage sécurisé. Mais, ce qui rend ce logement encore plus particulier, c’est le magnifique jardin dans lequel vous pourrez déambuler et vous asseoir, pour un moment reposant ou pour y prendre vos repas. Les hôtes sont très disponibles et feront tout pour rendre votre séjour le plus agréable possible. Nous y avons passé un très bon moment.

En ce qui concerne l’emplacement, ce logement présente l’avantage de ne pas être au centre de Sorrento et est donc moins cher. Cela n’enlève rien à la praticité des déplacements puisque qu’à moins de dix minutes de marche, vous pourrez rejoindre la gare de la Circumvesuviana. Ce train qui va jusqu’à Sorrento vient de Naples et permet donc de faire tous les arrêts intéressants entre ces deux points. Si nous en avions trouvé l’information plus tôt, nous aurions peut-être choisi d’y séjourner plus longtemps et de faire les visites de Naples et d’Ischia depuis là.

Le Vésuve

Pour visiter le Vésuve, il faut savoir plusieurs choses :

  • Réserver ses billets à l’avance, sous peine de devoir attendre plusieurs heures voire reporter la visite. En effet, depuis l’épidémie, il y a des tranches horaires à respecter. Ils sont au prix de 10€ et vous les trouverez sur ce site.
  • Ce n’était pas précisé quand nous avons acheté les billets, mais il faut également acquérir le billet de parking en avance sur parksuvio.it. Il coûte 6€ et si vous ne l’avez pas, la personne qui s’occupe du parking vous demandera de faire 2 km supplémentaires sur la route pour récupérer assez de réseau pour l’acheter. Il faut donc avoir un forfait qui vous permet d’utiliser internet à l’étranger (il faudra sinon redescendre quelques kilomètres, où des boutiques/restaurants offrent du free-wifi).
  • Une fois garés, il faut encore parcourir quelques kilomètres pour arriver à l’entrée du parc. Un service de navette est mis à disposition contre une participation de 2€ par personne pour l’aller-retour.
  • Il faut de bonnes chaussures, le chemin est un mélange de pierres de lave et de grosses couches de poussière qui rende l’ascension assez sportive.
  • Il faut de l’eau ! Nous avions des billets pour une entrée à 10 heures et il faisait déjà très chaud.

Nous avons trouvé que le fait de devoir à chaque fois payer encore autre chose donnait l’impression que cette visite nous coûtait très cher au final, alors que si l’on fait le calcul, 15€ par personne reste raisonnable. Un billet qui intégrait le tout aurait peut-être atténué ce sentiment d’être un porte-monnaie sur pattes.

L’ascension en elle-même, une fois l’entrée du parc passée, n’est pas très longue. Il faut compter 20 à 30 minutes de montée. On arrive à un premier petit chalet de vente de souvenirs où attendent également des guides (gratuits cette fois) qui vous emmènent, par petits groupes en fonction de votre langue, au plus près du cratère. Vous pouvez tout à fait faire sans, mais nous avons trouvé que c’était intéressant de pouvoir avoir un point sur l’histoire du volcan et des explications sur sa forme et ses caractéristiques. Le guide pointera les quelques fumerolles visibles à ce moment de l’année. Il faudra bien se concentrer pour les apercevoir mais cela rappelle que c’est un volcan qui est toujours en activité. Si la dernière éruption de 1944 n’est pas si ancienne à l’échelle de son âge réel, c’est surtout l’explosion qui a eu lieu en 79 qui a rendu le Vésuve et Pompéi tristement célèbres. La visite guidée dure une vingtaine de minutes et libre à vous ensuite de continuer votre chemin aussi longtemps que vous le souhaitez. En ressortant, vous pourrez emprunter à nouveau la navette pour rejoindre le parking. Comptez 2-3h pour la totalité de la visite sans trop ni trop peu prendre son temps.

Pompéi

Pour la visite de Pompéi comme pour celle du Vésuve, il faut de bonnes chaussures, beaucoup d’eau, et avoir ses billets à l’avance. Vous pourrez les acheter ici. Nous avions choisi de n’y passer qu’une demi-journée mais le site est tellement étendu qu’une journée ne serait pas de trop. A condition que votre visite ne se passe pas comme la nôtre…

Nous avions choisi de prendre des billets pour entrer par la Porta Marina, l’une des deux entrées des ruines. A quelques dizaines de mètres de l’entrée, il y a plusieurs parkings qui ont des rabatteurs pour vous inciter à y entrer. Évidemment, vous n’en découvrez le prix qu’une fois à l’intérieur. Celui que nous avons choisi coûtait 3,50€ de l’heure et toute heure entamée est due. Il faut donc bien faire attention pour ne pas se faire avoir au retour.

En arrivant à l’entrée, de nombreux guides vous abordent pour vous proposer une visite guidée mais c’est un peu la foire des prix. Nous avons trop eu l’impression de devoir négocier et patienter sur d’autres touristes qui n’arriveraient jamais pour réduire le coût de la visite. Finalement, nous opterons pour un audioguide à 8€. Attention, il faut laisser un papier d’identité en caution. Certains visiteurs n’en avaient pas et ont dû laisser 200€ en remplacement. Très honnêtement, nous avons vite abandonné l’audioguide. Premièrement, le ton est assez soporifique et les explications trop longues et peu précises (d’après nous). Ensuite, bien qu’il propose un plan pour se diriger, nous n’avons eu aucun plan papier ce qui a rendu l’orientation un peu confuse. Il, a fini par trouver un itinéraire proposé par un blog. Et, là où l’audioguide aurait pu être un atout pour comprendre tous ces endroits intéressants que nous devions voir, il a été complètement inutile. En effet, les principaux points d’intérêts comme les thermes, certaines maisons aux peintures immanquables, le grand amphithéâtre… étaient tout simplement fermés ou inaccessibles.

Elle, aura été particulièrement déçue par cette visite qui était assez attendue. La raison semi-évoquée pour la fermeture de ces points d’intérêts était la pandémie en cours… Cependant, cela n’explique pas pourquoi des endroits immenses en plein air n’étaient pas ouverts. A part énormément de pierres, nous n’avons finalement pas vu grand chose. De plus, sachez que bien qu’il y ait régulièrement des fontaines à disposition avec de l’eau potable, le seul endroit où il est possible de se restaurer ou de se ravitailler, ferme à 16h30. En sachant qu’il est possible de rester sur le site jusqu’à 19h, cela peut faire long si vous n’avez rien prévu ou avez épuisé votre stock pourtant conséquent (comme c’était notre cas) et n’êtes pas franchement emballés à l’idée de tester l’eau des fontaines…

Cette visite nous aura donc finalement laissé sur notre faim. Mais, même en n’ayant finalement pas grand chose à voir de concret, nous y aurons quand même passé près de 4h. Il est donc évident qu’il faudrait y consacrer davantage de temps pour une visite complète. Nous pensons également qu’il est important de préparer un itinéraire car sinon vous risquez de souvent revenir sur vos pas tant tout se ressemble et on a rapidement l’impression d’être dans un immense labyrinthe. Ce fut notre principale erreur pour cette visite, sous-estimer l’étendue du site et sa richesse, et ne pas suffisamment bien nous y préparer. Encore faut-il ensuite avoir de la chance sur l’accès des différents points d’intérêts par contre… Quoiqu’il en soit, le blog qui nous aura aidé à nous diriger et à sélectionner notre itinéraire est celui de Laura en voyage. Merci à elle pour son article très bien rédigé, n’hésitez pas à y faire un tour. 😉

Bilan :

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est i.gif
  • LA pizza napolitaine
  • Pompei, malgré tout incontournable
  • La visite guidée au sommet du Vésuve
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est e-5.gif
  • Le logement chez Elena et Nando
  • La vue sur la baie de Naples depuis le Castel Sant’Elmo
  • La visite du Vésuve
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est i-.gif
  • L’opportunisme des guides à l’entrée de Pompéi
  • Le parking et la navette à payer en supplément pour le Vésuve
  • Le manque de temps sur Ischia…
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est e-.gif
  • L’erreur de jugement sur le temps nécessaire pour visiter Ischia
  • Pompéi qui reste une grosse déception car il y a un sentiment de visite incomplète

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.