Ouest et Centre – 2020 – Dordogne et Lot

Abbaye de la Sauve-Majeure

Avant de quitter la Gironde, nous ferons un arrêt improvisé à l’Abbaye de la Sauve-Majeure, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un ancien monastère dont il ne reste aujourd’hui majoritairement que des ruines, qu’il est possible de traverser. Le petit fascicule donné à l’entrée, après s’être acquitté du prix du billet, donne des indications sur les endroits que nous traversons et sur les éléments d’architecture ou décoratifs que nous pouvons encore observer. En repartant, nous irons encore voir de plus près l’église Saint-Pierre, également classée, qui nous intriguait depuis la vue panoramique qu’offrait le site de l’Abbaye. Si ce lieu n’est pas incontournable, il peut compléter une visite dans la région, ou permettre un arrêt en marge des principales zones touristiques, le temps de souffler un peu avant de repartir vers d’autres horizons.

Vignobles

Impossible de quitter la région sans passer par les vignes qui participent à sa renommée. Nous passerons devant d’innombrables châteaux, aux tailles, formes et renommées variables, et devant des vignes à perte de vue aux appellations diverses : Saint-Emilion, Pomerol, et d’autres… Nous ferons un arrêt, un peu au hasard, au Château de Haut-Goujon, où nous serons gentiment accueillis par la compagne du vigneron des lieux. Elle nous fera visiter les lieux de fabrication de leurs vins et nous expliquera leur démarche fortement engagée dans le développement durable. Après une dégustation de cuvées classiques et d’autres plus prestigieuses, nous repartirons avec notre petit coffret souvenir et une bonne adresse chez qui passer commande dans le futur. Ce qui nous a vraiment surpris, c’est cette volonté de nous en apprendre plus sur leur démarche, de nous dévoiler leur méthode de production, et de conservation, en toute franchise, sans cette optique de vente à tout prix. Cela nous a encore davantage poussés à nous offrir quelques bouteilles, pour les remercier de leur temps, et ainsi apprécier le fruit de leur travail, loin d’être aussi simple qu’on pourrait le croire. Si vous cherchez une bonne adresse, n’hésitez pas.

Gouffre de Proumeyssac

La Dordogne offre de nombreux paysages et activités diverses qui auraient largement pu nous occuper plusieurs jours. Malheureusement, nous n’avions choisi de n’y consacrer que deux jours en en profitant un maximum. Nous commencerons notre découverte de la Dordogne par la visite du Gouffre de Proumeyssac, cavité naturelle d’une profondeur de plus de 40 mètres, surnommé « La Cathédrale de Cristal ». Il fut découvert au début du XXe siècle et se compose d’une grande salle principale et de diverses petites galeries. Il est possible d’entrer dans le gouffre de deux façons et toujours avec un guide : soit en passant par un tunnel, soit par l’entrée d’origine en descendant dans une nacelle qui pivote à 360°. C’est cette deuxième expérience que nous avions choisi. Bien que cela nous ait permis, contrairement à l’autre entrée, d’observer les majestueuses concrétions qui se sont formées au fil du temps sur les parois de la grotte, nous avons trouvé le prix du billet un peu élevé. En effet, la descente est relativement rapide, et une fois arrivés en bas, nous rejoignons un groupe entré par le tunnel pour rattraper la visite commentée.

Il n’est pas possible de photographier l’intérieur du gouffre donc nous ne pourrons malheureusement pas vous faire partager ses particularités en photos. Parmi elles, nous noterons la table aux poteries : table en bois recouvertes par des concrétions calcaires au fil du temps et qui sert à exposer différentes poteries qui seront vendues par la suite. Si elles se trouvent à cet endroit dans le gouffre, c’est pour être tout à fait en dessous des fontaines pétrifiantes, qui en quelques mois, les transforment en objets calcaires brillants. Le guide nous fera également remarquer un phénomène particulier qu’il ne peut expliquer : la formation de concrétions de formes triangulaires dans l’une des galeries adjacentes à la grande salle. Pour vous faire une idée en image, nous vous invitons à vous rendre directement sur le site internet du gouffre, ici.

Sarlat-la-Canéda

Il, ayant déjà passé des vacances dans la région dans ses plus jeunes années, avait gardé un très bon souvenir de la ville de Sartat-la-Canéda et de son centre historique médiéval. C’est donc là que nous avons choisi de passer nos soirées pendant notre séjour. Nous étions logés en plein centre, que nous avons pris plaisir à visiter en déambulant dans les rues aux largeurs variables et en profitant du marché nocturne et des artistes de rues. Impossible de ne pas profiter d’un repas typique : fois gras, canard confit et pommes de terre sarladaises. Un délice. En repassant devant notre logement, nous remarquerons un jeune chanteur qui aura attiré notre oreille : Baptiste Ventadour. Nous apprendrons un peu plus tard, qu’il commence en fait à se faire connaître. Et après l’avoir entendu, nous comprenons pourquoi. Si nous pensions initialement pouvoir profiter d’une très bonne localisation au sein de la ville, nous ne soupçonnions pas d’être autant au cœur de la cité, devant passer entre les stands du marché local pour rentrer à l’appartement, et vivant au rythme des passants jusqu’à la fin de soirée. Si cela était un peu contraignant pour décharger nos valises et nous garer les soirs, cela s’est révélé être une bonne expérience, idéale pour profiter de la fraîcheur du soir et du départ des touristes pour retrouver la ville à l’échelle humaine. Pour la petite anecdote, n’essayez pas d’écouter votre GPS et de tenter de rejoindre votre appartement en voiture si vous y logez, ou vous risquer au mieux d’avoir des surprises, au pire de vous retrouver coincé dans une ruelle !

Grottes de Lascaux

Si Elle, voulait passer par la Dordogne, c’était pour visiter les gouffres et découvrir ce département, mais aussi pour aller visiter les fameuses grottes de Lascaux. Il est impossible, depuis plusieurs décennies déjà, de visiter la grotte originale. En effet, des maladies se développaient à cause des visiteurs : la maladie « verte » à cause des émanations de CO2 qui donnaient naissance à des colonies d’algues sur les parois, et surtout la maladie « blanche » qui déposait un voile blanc de calcite sur les peintures, impossible à retirer sans abîmer les peintures.

C’est pourquoi, aujourd’hui, il n’est possible de ne visiter que des reproductions. Lascaux II ou Lascaux IV, qui se trouvent chacune à quelques dizaines de mètres de la grotte principale, accessible uniquement par une équipe de 5 scientifiques. Lascaux III quant à elle, est le nom de l’exposition qui voyage dans le monde. Afin de pouvoir permettre aux visiteurs de vivre une expérience au plus proche de la réalité, les différentes galeries des grottes de Lascaux ont été entièrement scannées en 3D puis reproduites sur des blocs de béton pour Lascaux II puis sur des blocs de polystyrène recouverts de pâte à papier pour Lascaux IV. Cette dernière est d’ailleurs plus complète car elle reproduit toutes les parties ornées de la grotte contrairement à la première qui n’a que les deux salles principales.

Nous commencerons par la visite de Lascaux IV, pour des raisons d’emploi du temps, puis irons à Lascaux II. Les guides rendent vraiment cette visite intéressante de par toutes les explications qu’ils nous apportent sur ce que nous voyons. Cependant, bien que les dimensions et les températures se rapprochent au maximum de la réalité, nous ressentirons toujours un petit manque à nous dire que ce que nous voyons n’est pas réel. Et même si nous sommes conscients que pour des raisons de préservations de ce patrimoine extraordinaire, il n’est pas possible de visiter la « vraie » grotte, il est difficile de trouver ce sentiment d’authenticité. Il, avait déjà eu l’occasion de découvrir Lascaux II à l’époque, et en avait un bien meilleur souvenir que celui que nous nous sommes créé ensemble. Si nous devions vous conseiller l’une des deux visites, et bien que nous pensions initialement qu’elle allait manquer de crédibilité de par son côté totalement assumé de reproduction, nous ne pouvons que vous conseiller de faire Lascaux IV, plus complète, récente, et mieux mise en valeur par les explications. Le côté interactif permet également aux plus jeunes de bien comprendre l’alchimie de ce lieu unique au monde, de par sa concentration de peintures, et encore aujourd’hui pour certains aspects, à la fois mystérieux et envoûtant.

Canoë sur la Dordogne

L’une des expérience à ne pas manquer en Dordogne, c’est la balade en canoë sur le cours d’eau du même nom qui la traverse. C’est donc à Vitrac que nous embarquerons pour un parcours de 16km jusqu’à Beynac où nous attendra une navette pour nous ramener. C’est une attraction qui attire chaque année énormément de monde et nous ne serons donc pas les seuls à glisser sur l’eau ce jour-là. La balade dure environ 3h et permet d’admirer depuis la Dordogne, les nombreux villages et châteaux qui longent l’eau : la Roque-Gageac, Castelnaud et Beynac. N’hésitez pas, quelque soit votre niveau, à tenter l’expérience. C’est vraiment abordable, et l’un des meilleurs moyens de découvrir ce petit bout de région en toute tranquillité.

Avant de rentrer, nous ferons encore un arrêt à Domme, autre village médiéval qui fait partie des plus beaux villages de France. Sa situation en hauteur, offre depuis son belvédère, une magnifique vue sur la vallée de la Dordogne. Nous en profiterons également, après avoir fait la queue pendant de longues minutes, pour manger une glace chez Lambert, artisan glacier très renommé.

Gouffre de Padirac

Nous quittons la Dordogne pour le département voisin du Lot. Au programme, la visite d’un autre Gouffre, plus célèbre encore que le premier, celui de Padirac. Pas de descente en nacelle cette fois, la seule option, ce sont les marches. Et elles sont nombreuses : 543 marches au total pour arriver au niveau de la rivière souterraine. Il est possible d’ordinaire, pour les personnes ayant des difficultés pour y accéder, d’emprunter trois ascenseurs pour la majorité de cette descente. Cette option n’était pas disponible quand nous y sommes allés car ils étaient exclusivement réservés à la remontée à cause de la situation sanitaire. Nous longeons donc la rivière souterraine, et bien que les hauteurs sous plafond soient déjà impressionnantes, nous ne voyons rien de bien particulier à cet endroit.

C’est à l’embarcadère que tout commence vraiment. On commence à observer les premières calcifications, et l’immensité extraordinaire du gouffre dont les roches ont été sculptées par les eaux acides au fil des ans. Le batelier nous donnera quelques informations tout en nous faisant parcourir le chemin étroit qui nous emmène au « lac de la pluie », où l’infiltration permanente de l’eau crée un filet de pluie qui peut surprendre les visiteurs. En débarquant du bateau, nous longeons une étroite galerie qui s’ouvre sur le lac des Gours : ces bassins de calcite qui se succèdent jusqu’à une sorte d’étang. Nous sommes surpris par la clarté de l’eau et ses couleurs naturelles remarquables. Nous arrivons ensuite à la salle du Grand Dôme, accessible par une montée de 150 marches à sens unique et qui s’achèvera sur une descente d’autant de marches à sa sortie. Prendre de la hauteur rend cette visite encore plus impressionnante et lever la tête nous fait nous demander, au-dessus de ce plafond qui culmine à presque 100 mètres au-dessus de nos têtes, combien reste-t-il de mètres avant d’atteindre la surface ? S’il fallait choisir un seul des deux gouffres que nous avons visité, celui-ci aurait notre préférence sans aucun doute. Mais il faudra faire avec les très nombreux touristes qui le choisissent également. Pensez à réserver, et à bien organiser votre visite afin de profiter sans contrainte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.