Ouest et Centre – 2020 – Les trois B

Profitant d’être sur la partie sud de la côte Atlantique, nous n’avons pas résisté à parcourir les quelques heures qui nous séparait encore du Pays Basque pour aller passer une journée à Bayonne et Biarritz.

Bayonne

Nous n’y avions jamais prêté attention, avant d’être à proximité, mais Bayonne et Biarritz sont en fait deux villes tout à fait voisines. C’est donc à Bayonne que nous arrivons en premier et nous sommes rapidement charmés par la beauté des maisons basques typiques, non sans nous rappeler les maisons alsaciennes non loin de chez nous. Mais, ce qui leur apporte ce petit plus que nous ne connaissions pas, ce sont les volets et les colombages aux couleurs vives que nous ne retrouvons pas dans le Nord-Est. Cela donne un véritable cachet à la ville, la rendant ainsi rayonnante et vivante. Un peu l’image que nous en avions sur le papier.

Nous avions réservé à l’avance une visite chez un salaisonnier de jambon, arrêt immanquable si vous passez dans cette ville. En nous renseignant sur d’autres blogs de voyageurs, c’est chez l’artisan Pierre Ibaïalde que nous avons découvert le processus de salaison du jambon de Bayonne, dans sa plus grande tradition. Les bonnes odeurs et le plaisir de savoir d’où viennent les produits nous auront poussés à faire un petit achat souvenir, dont nous profitons encore plusieurs mois après. A noter par ailleurs que par rapport aux prix que nous pouvions imaginer, c’est plus que correct pour un produit où la qualité prend le pas sur la quantité dans la cadre de son élaboration.

Nous retournerons ensuite dans le centre pour passer par Les Halles avant de prendre un déjeuner en terrasse, puis nous irons admirer la Cathédrale, la Maison Moulis et le Théâtre. Nous reprendrons ensuite la voiture et sans vraiment quitter Bayonne, arriverons à Biarritz. La ville aurait certainement mérité que l’on s’y arrête un peu plus longtemps, pour en percer quelques secrets, mais elle aura su nous faire apprécier ces courts moments, en nous dévoilant ce qu’elle avait de plus joli et plus local. Du jambon aux différentes spécialités, jusqu’au joueur de rugby qui aura déjeuné non loin de nous et dont le physique n’aurait pas pu nous induire en erreur !

Biarritz

Nous souhaitions surtout nous arrêter à Biarritz pour voir ces vagues que viennent y chercher les surfeurs du monde entier. Et pour ça, nous n’avons pas été déçus en longeant le magnifique front de mer. Cependant, en dehors de cela, les points d’intérêts se visitent rapidement et nous ont paru moins intéressants qu’à Bayonne. Nous aurons toutefois apprécié l’ambiance très cozy du Bookstore, la classe de la Villa Belza et l’étrangeté de l’érosion du Rocher de la Vierge avec sa forme de longue coque de navire. Nous passerons également devant la Cathédrale et observerons de loin le Phare, dans lequel il était impossible de monter à cause de travaux à ce moment-là.

Encore une fois, c’est la météo qui aura écourté notre visite, celle-ci ne donnant pas vraiment envie de se baigner. La foule présente sur la plage principale aura également fini de nous dissuader de nous y poser pour un petit moment. Loin de nous l’idée d’encourager la rivalité locale, mais si l’on devait trancher, ce serait Bayonne sans hésiter.

Bordeaux

Nous commençons notre deuxième semaine de vacances à Bordeaux. Fini le camping, place à notre Airbnb, situé à l’entrée de Bordeaux, à proximité des transports en commun, que nous privilégierons afin de pouvoir laisser la voiture au garage ces quelques jours. Nous n’avions pas prévu de visiter tous les recoins de cette ville, que nous avions l’envie de découvrir depuis quelques années, mais au moins de s’en faire une idée générale. On commencera par se rendre devant le théâtre et, non loin de là, le Monument aux Girondins : cette grande colonne surmontée d’une statue de la Liberté et entourée d’une fontaine.

Paradoxalement, maintenant que nous nous sommes éloignés de l’Océan, il fait bien plus chaud. Pour nous rafraîchir un peu, nous nous rendons au Palais de la Bourse et le célèbre miroir d’eau qui lui fait face. Nous ne résisterons pas à enlever nos chaussures pour profiter de la fraîcheur temporaire de l’eau. Difficile ensuite de quitter le bassin afin de pouvoir enfiler à nouveau ses chaussures sans complètement se brûler les pieds sur la pierre chauffée par le soleil de plomb…

Après une petite pause en terrasse face à la Garonne, nous passerons également devant l’Eglise Saint-Pierre, la Porte Cailhau et la Tour de la Grosse Cloche, des emblèmes de la ville avant d’atterrir dans la rue Sainte-Catherine, l’artère commerçante de la ville, que nous traverserons non sans nous arrêter dans quelques boutiques.

Nous ne pourrons pas manquer un passage devant la Cité du Vin et le Pont Chaban-Delmas, dont l’originalité vient de sa partie centrale qui se soulève toute entière pour le passage de gros bateaux. Au détour d’un arrêt de bus, Il, profitera d’un sursaut d’énergie pour aller prendre quelques clichés de l’église Sainte-Marie de la Bastide. Encore une fois, dès que l’on s’éloigne des principaux lieux touristiques, il devient si facile de profiter sereinement de lieux si méconnus et préservés, que nous les apprécions encore davantage.

Pour notre deuxième jour sur place, nous irons d’abord au Jardin Public pour notamment voir le jardin botanique. Il ne nous aura pas laissé un souvenir impérissable. Il semblait plutôt à l’abandon, à moins que les différentes variétés vivaient encore plus mal que nous cette année si particulière, et n’était ainsi pas très attrayant visuellement.

En repartant, nous passons devant le Palais Gallien, amphithéâtre antique dont il reste des ruines assez bien conservées en plein centre-ville. Nous nous dirigeons ensuite vers le marché des Capucins, malheureusement fermé, mais nous pourrons admirer l’église Saint-Michel avant de retourner à notre logement, dans l’optique de retourner vers l’Océan, en quête de fraicheur.

Après avoir passé l’après-midi au Lac de Lacanau, sympathique mais encore une fois probablement plus adapté aux familles, nous retournons à Bordeaux pour un dîner au Quatrième Mur, le restaurant de Philippe Etchebest. En attendant l’heure de notre réservation, nous traverserons toute la rue Sainte-Catherine depuis la Porte d’Aquitaine et ferons un petit détour par l’Hôtel de Ville et la Cathédrale Saint-André. Cela terminera notre tour panoramique et assez rapide de la ville, qui nous aura suffit pour l’apprécier le temps de quelques jours.

La ville recèle de belles choses, même si nous n’avons pas forcément su nous y accrocher. Peut-être était-ce le contexte de nos vacances, déjà bien remplies et encore chargées de belles visites à venir, qui ne nous permettait pas d’en profiter davantage. Toujours est-il que ce dernier soir sur place aura été ponctué d’un très bon repas et d’un furtif aperçu du chef rejoignant l’une de ses tables pour dîner, que nous aurions aimé remercier pour ce moment, et pour d’autres choses plus personnelles, mais que nous n’avons finalement pas voulu déranger dans ce contexte particulier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.