USA Ouest – Parcs Nationaux – 2019 – Jour 13 – San Francisco

Les hébergements à San Francisco sont très chers et il est encore plus difficile de trouver quelque chose d’abordable avec une place pour garer la voiture. Contrairement à ce que nous choisissons d’habitude, nous avons donc fait un compromis sur le logement entier pour prendre une chambre Airbnb dans une maison qui en proposait plusieurs. Nous étions donc plutôt dans le sud de SF mais cette maison avait un garage qui nous permettait de ne pas nous inquiéter pour la voiture le temps de notre visite.

Nous avions prévu, en amont du voyage, la visite de la prison d’Alcatraz et de son île. Afin de ne pas trop nous limiter, nous avions pris l’horaire le plus matinal, à savoir 8h45. Nous avons donc quitté notre logement à 7h30 pour faire les 40-45 minutes de transports en commun qui nous séparait du Pier 33, la jetée de départ des navettes. Ne comptez pas pouvoir choisir votre horaire pour un départ le jour-même. Il vaut vraiment mieux anticiper car les billets partent rapidement et avec les nombreuses réservations, il est parfois impossible d’en avoir au dernier moment. Il faut également faire attention en réservant par internet car il y a de nombreux sites frauduleux. Le seul site officiel est celui des Alcatraz Cruises, par ici pour réserver.

Nous montons donc finalement à bord de la navette et voguons gaiement vers Alcatraz Island, en profitant au passage de la vue sur le Golden Gate Bridge, fameux pont rouge de San Francisco. A l’arrivée, nous sommes accueillis par les rangers qui protègent l’île pour avoir quelques infos de visite avant de pouvoir déambuler comme on le souhaite. Il est possible de faire le tour extérieur de l’île, mais le plus intéressant reste quand même la visite de la prison en elle-même grâce aux audio-guides. Ces derniers vous donne le sens de la visite et des anecdotes, au fur et à mesure, sur les événements principaux qui ont eu lieu dans cette prison, et notamment sur certaines tentatives ou évasions célèbres. Même si toutes les visites par audioguides ne sont pas toujours percutantes, pour Alcatraz la visite est vraiment vivante et le parcours audioguide donne une autre dimension que simplement visiter le bâtiment sans explications. Le parcours est d’ailleurs particulièrement bien pensé de telle sorte à ce que les visiteurs ne s’agglutinent pas trop aux points d’intérêts. Il y a des bateaux de retour toutes les 30 minutes environ et il est possible de repartir quand vous le souhaitez. Pour notre part, nous aurons passé près de 2h sur l’île, ce qui permet déjà d’en voir beaucoup, en prenant en compte le fait que nous faisions partie des premiers sur l’île, ce qui n’est pas négligeable afin d’éviter les files d’attentes aux audioguides par exemple.

De retour au port, nous prenons la direction du Pier 39. C’est certainement le plus célèbre car c’est un centre commercial à ciel ouvert et c’est là que toutes les otaries de la baie se retrouvent sur leurs pontons favoris. Elle, ayant déjà visité San Francisco en plein été, n’en avait pas vu autant. Ils sont beaucoup plus présents à l’automne visiblement. Nous profitons de cette balade dans Pier 39 pour faire les magasins de souvenirs et nous arrêter pour déjeuner chez Bubba Gump (chaîne inspirée du film Forrest Gump) avec vue sur la baie et Alcatraz que nous venions de quitter.

Après le déjeuner, nous nous dirigeons vers Fisherman’s Wharf, le quai des pêcheurs, avec notamment son musée mécanique qui regroupe des dizaines de jeux d’arcade aussi anciens qu’insolites.

Impossible de visiter San Francisco sans s’approcher du Golden Gate Bridge, emblème de la ville. Le meilleur moyen de s’en approcher en le gardant toujours à l’oeil, c’est de louer des vélos et de longer la baie. Nous choisirons de louer un tandem chez Blazing Saddles, l’un des nombreux loueurs de la ville. On fera l’aller-retour jusqu’au célèbre pont mais sans le traverser, la foule étant importante et le temps restant un peu court. Pause photos évidemment avant de reprendre le chemin du centre.

L’une des attractions de SF, ce sont évidemment les Cable Car, ces tramways à câble qui quand ils arrivent à leur terminus sont « retournés » par les opérateurs (sauf pour la ligne California Street). Il n’en existe plus que sur 3 lignes principalement utilisées par les touristes aujourd’hui. Cependant, faire un trajet dans ces Cable Car coûte relativement cher. En effet, il faudra s’acquitter d’un ticket à $7 pour un simple aller, peu importe la distance. Mais, attention bon plan… si comme nous, vous avez besoin de faire plusieurs trajets en transports en commun lors de votre passage à SF, il existe un 1Day Visitor Pass à $12 ! C’est le choix que nous avons fait et il a été largement rentabilisé.

C’est donc au terminus Beach&Hyde que nous avons attendu pour emprunter le Cable Car de la ligne Powell-Hyde. Attendez-vous à faire la queue mais au moins, vous pouvez espérer une place assise ou debout sur les flans de la cabine (!). Ça vous permet aussi de voir cette dernière pivoter sur sa plaque tournante avec l’aide des employés qui lui donne un coup de pouce. Nous grimperons à bord avec pour objectif une descente à Lombard Street. Cette rue est célèbre de par une de ses portions en zigzag. Malheureusement, cette particularité est davantage visible du ciel qu’à hauteur d’homme. D’autant plus qu’à l’heure où nous y étions, il y avait bien trop d’ombre et peu de voitures pour identifier les virages très serrés. Vous pourrez voir la différence entre la première photo de 2015 et celle que nous avons pu faire lors de notre voyage.

Pour finir la journée, nous retournerons vers le port au Ferry Building puis emprunterons la rue commerçante Market Street. Nous avons été toutefois déçus de voir que la plupart des magasins fermaient relativement tôt, vers 18-19h. Bien que dans nos esprits « européens », San Francisco soit une grande ville au même titre que New York, la comparaison est impossible. Il y aurait certainement beaucoup d’autres choses à voir à SF, mais pour ce que nous voulions en découvrir, une journée a suffi. Nous n’avons pas le sentiment d’avoir réellement manqué quelque chose mais d’avoir pu profiter de l’essentiel.

Il manquait juste un dernier aperçu à notre visite que nous ferons le lendemain matin avant de reprendre la route : les Painted Ladies. Ce nom est en fait un nom générique pour désigner les maisons de style victorien, peintes de 2 ou 3 couleurs mettant en valeur leurs détails architecturaux. Celles de San Francisco sont célèbres car c’est un groupe de 7 maisons faisant face à Alamo Square qui sont parmi les plus anciennes de la ville. L’inflation de leur prix est plus que surprenante quand on sait qu’elles ont été initialement achetées pour des prix en-dessous de $100,000 il y a 40 ans et revendues aujourd’hui pour plus de $3 millions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.