USA Ouest – Parcs Nationaux – 2019 – Jour 11 – Sequoia NP & Kings Canyon NP

Il était déjà temps de quitter Mojave, et ce n’était pas pour nous déplaire tant l’arrêt nous aura paru impersonnel et sans saveur particulière. Après 3 heures de route, assez éprouvante sur la dernière partie, à cause des nombreux lacets qui permettent d’arriver à Séquoia et à l’un des Visitor Center, juste après le panneau du parc. Petite anecdote marrante, des locaux se renseignaient sur d’éventuels spots pour apercevoir des ours, sans que le ranger ne puisse vraiment les renseigner. Le ton était donné, mais autant vous le dire tout de suite, même après avoir arpenté en long, en large et en travers pas mal d’endroits du parc, en voiture ou à pied, nous n’avons pas vu le bout du museau d’un ours. Heureusement, ou pas…

Le premier arrêt sera Tunnel Rock, que nous pensions pouvoir traverser en voiture, en passant sous l’arche. Mais pas du tout, il s’agit juste d’un arrêt où deux rochers sont posés l’un sur l’autre créant un tunnel. Passons cette « petite » déception, et entrons dans le vif du sujet. Sequoia, c’était probablement le parc qu’Il attendait le plus, davantage encore que le fameux Grand Canyon, ou l’incontournable Bryce Canyon. Pourquoi ? Parce que les géants qui le peuplent ont une prestance indescriptible, ils inspirent respect et admiration. S’ils se ressemblent beaucoup, chacun a ses propres caractéristiques, et vous laisse de superbes souvenirs. Le parc est plus vert, plus vivant. Après des jours entiers à traverser des landes désertes, nues de toute végétation ou balayées par les vents, nous voilà dans un paysage montagneux, vert, aux routes sinueuses, aux clairières paisibles, sous son sublime manteau d’automne. Séquoia répond assurément au rendez-vous que l’on s’était donné, et dès le premier trail, nous offre des souvenirs inoubliables.

Le premier que nous ferons est le Big Trees Trail, parfaitement accessible et au tracé bien explicité par de nombreux panneaux, ce qui n’est pas forcément monnaie courante dans les parcs. Il est par ailleurs totalement faisable par tous, randonneurs débutants ou plus aguerris. Chacun y progresse à son rythme, sur des sentiers puis des chemins sur pilotis autour d’une superbe clairière que les arbres géants encerclent, comme réunis pour l’éternité. Ce qui a pu nous surprendre, c’est qu’il est d’ailleurs possible d’en voir certains au sol, se décomposant petit à petit, et permettant ainsi de constater le cycle complet de la vie de ces arbres « intemporels ». Pour donner quelques chiffres, les séquoias peuvent vivre plusieurs milliers d’années, mesurent pour les plus grands plus de 80m, pour un diamètre de plus de 10m et un poids de 1300 tonnes ! On ne les retrouve d’ailleurs qu’à une certaine altitude, et l’on se souvient encore, quand nous y sommes arrivés, avoir pensé en voir plusieurs avant de nous rendre compte, après en avoir vu un vrai, qu’il était impossible de les confondre avec d’autres arbres, tant la différence est énorme. C’est en remontant en voiture pour déjeuner, puisqu’il n’est pas recommandé, voire interdit, de laisser de la nourriture à l’air libre, afin de ne pas attirer les ours, que nous ferons le point sur la suite des événements. Direction ensuite Tunnel Log, qui lui se traverse en voiture !

Nous voulions profiter au maximum des différents visages du parc, et tenter d’apercevoir les fameux nounours. Mais nous nous contenterons de quelques randonneurs et d’un petit groupe de bûcherons, sur le chemin du travail. C’est d’ailleurs vers Crescent Meadows que nous irons en voiture, passant ainsi à côté de très beaux spécimens de séquoias, avant de passer sous le Tunnel Log, un immense tronc de séquoia à terre et découpé afin de pouvoir y passer avec un véhicule. Laissant ce dernier sur le parking au départ du trail, nous partons afin de faire une nouvelle boucle autour d’une grande clairière, moins aménagée et donc plus orientée nature. Sur ce parcours nous aurons d’ailleurs l’occasion d’observer de nombreux spécimens d’oiseaux évoluant dans cet environnement exceptionnel.

Cette petite parenthèse que nous n’avions pas vraiment prévu de faire initialement, du moins pas avec la randonnée autour de Crescent Meadows, s’est avérée être plutôt sympathique et vraiment authentique, un peu à l’écart de la route principale. Le prochain arrêt sera le General Sherman Tree Trail, qui lui aussi se mérite. Il s’agit de l’arbre le plus volumineux du monde et de l’organisme vivant le plus imposant par extension. S’il est superbe, le chemin pour le rejoindre est tout en descente à l’aller, et fatalement en montée sur le retour. Si vous avez déjà pas mal de randonnées dans les jambes, l’expérience peut s’avérer quelque peu altérée par l’effort. Si nous n’aurions pas pu ne pas nous arrêter, le fait que ce point soit particulièrement touristique nous a fait préférer d’autres arrêts plutôt que celui-ci.

Le dernier arrêt du jour sera dans le parc voisin, Kings Canyon. Nous y arrivons en suivant la route principale en direction de Fresno, notre ville étape pour la soirée. Le General Grant Tree est le deuxième arbre le plus volumineux, et le trail qui permet d’y arriver est vraiment plus tranquille et accessible que celui menant au Sherman. Nous y croiserons beaucoup moins de monde, et le parcourir au moment où le soleil commençait à rejoindre progressivement l’horizon nous a permis de voir ces géants sous un autre aspect. De nombreux spécimens sont à terre à cet endroit, et l’on peut ainsi les traverser à pied, leur tronc étant entièrement creux. Cela permet encore une fois de se rendre compte de l’immensité de ces arbres. La journée étant ainsi quasiment terminée, et la route nous séparant de Fresno devant encore nous occuper pendant une à deux heures, nous reprenons le véhicule pour redescendre à une altitude plus commune. Cela se traduit d’ailleurs par de nombreux lacets pour redescendre, et de magnifiques panoramas sur la Californie au soleil couchant, de quoi faire passer la route un peu plus vite, et d’arriver à Fresno avec un peu de fraîcheur qui nous permettra de profiter de la soirée en rejoignant encore une fois la civilisation.

Pour conclure sur Séquoia NP, c’était assurément l’incontournable du roadtrip pour Lui, un parc pour lequel Elle avait aménagé toutes les étapes afin d’avoir le temps nécessaire pour y arriver et pour le parcourir dans de bonnes conditions. S’il n’est pas aussi varié que Zion par exemple, probablement moins bien cartographié que Grand Canyon, il offre des paysages plus proches de ceux que nous connaissons dans nos contrées, mais avec des arbres sans commune mesure avec tous ceux que nous avions pu voir jusque là. Le lieu donne forcément des frissons à un moment ou un autre, lorsque l’on se rend compte de l’immensité qui nous entoure. Mais il y a aussi une certaine quiétude, et le fait qu’il soit un peu plus à l’écart des itinéraires habituels de roadtrip aura eu pour principale conséquence et avantage d’être beaucoup plus tranquilles pour le parcourir. Nous vivions là pleinement l’aspect nature que nous cherchions tant pour ce voyage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.