Berlin – 2017 – Jour 1

Arrivés à l’aube à l’aéroport Tegel, nous n’aurons jamais eu une aussi grosse journée d’entrée sur un de nos séjours. Ce n’est pas pour nous déplaire, notre plan de voyage nous permettant ainsi de rentabiliser au mieux ces premières heures.

A la sortie de l’aéroport, c’est en navette qu’il est possible de rejoindre le centre, avec une jonction jusqu’à la gare centrale en ce qui nous concerne, pour aller ensuite jusqu’au tronçon du mur de Berlin décoré de différentes scènes, toutes plus célèbres les unes que les autres. La gare centrale est vraiment jolie, et immanquable. Nous avons eu un peu de mal à nous repérer cela dit, puisque nous nous attendions à devoir prendre un métro alors qu’en fait pour certains tronçons à Berlin, vous pouvez également utiliser ce qui ressemble davantage à des trains. Il fallait le savoir…

C’est donc finalement dans le froid que nous faisons nos premiers pas en dehors des transports et nous dirigeons donc progressivement vers le morceau de mur nommé l’East Side Gallery. Nous ne l’attendions peut-être pas comme cela, plus grand, moins directement juxtaposé à la rue, mais cela reste quand même un incontournable du séjour, avec des scènes vraiment marquantes sur un peu plus d’un kilomètre, comme celle de la Trabant, populaire voiture est-allemande, traversant le mur, ou encore le baiser de Brejnev et Honecker, et plein d’autres pans d’histoire à la fois marquants et touchants. Disons qu’en connaissant l’histoire de ce mur, c’est probablement, avec le fait de l’avoir détruit, l’autre meilleure option qui existait.

Nous nous dirigeons ensuite vers la tour de la TV, pour laquelle nous optons pour un bus à la gare de l’Ouest, dont le chauffeur était aussi peu sympathique que vif sur la pédale. Autrement dit, nous avons plus vite cherché à nous asseoir qu’à passer notre carte quelque part… Et c’est donc quelques minutes plus tard que nous ressortons à deux pas de la tour, à l’entrée de l’Alexander Platz, sur laquelle trônait un marché de Noël, et depuis laquelle nous avions une vue imprenable sur la tour dont nous voulions pouvoir profiter d’en haut. C’est sûrement le seul lieu à visiter pour lequel nous aurons une file d’attente, les autres étant pour la plupart très facilement accessibles, surtout aux horaires où nous les avons abordés.

La visite de la tour de la TV n’est finalement pas incontournable. Certes, vous avez une vue panoramique sur toute la ville, et cela vous permet d’en apprendre un peu plus et d’éventuellement prendre certains repères, mais à notre avis, cette expérience est un peu gâchée, d’une part par le monde assez présent en haut, et d’autre part par les vitres assez teintées, empêchant de réussir vraiment vos clichés. Disons que la vue ne parait pas très naturelle même si elle l’est pourtant bien… L’histoire de la tour de la TV reste, quant à elle, intéressante et très bien mise en avant. Le fait qu’elle soit le plus haut édifice d’Allemagne et le quatrième d’Europe donne forcément envie d’aller voir d’en haut ce que cela donne, dommage au final que notre expérience ait pu être un peu ternie par le ressenti. Peut-être conseillerions nous de faire l’ascension de nuit pour moins avoir cette impression de « vitre ».

Une fois redescendus, nous sommes allés manger au Vapiano juste à côté, et avons profité de la pause pour planifier la suite. Nous essayerons ainsi de voir un maximum de ce que nous souhaiterions visiter pendant notre séjour, en nous rapprochant des endroits où nous avons des impératifs dans la journée, comme l’hôtel, où nous sommes impatients de pouvoir déposer nos bagages pour progresser plus librement, et surtout pouvoir entrer dans le siège du Parlement pour lequel nous nous étions inscrits en ligne, bien avant d’arriver à Berlin.

Une fois le déjeuner terminé, nous repartons à pied, tranquillement, en direction du Berliner Dom, auquel nous aurons un moyen de transport qui nous amènera jusqu’à notre quartier d’attache. En chemin, nous verrons la sereine Eglise Ste Marie, et apercevrons certains musées, comme l’Ancien et le Nouveau, ainsi que le musée de Pergame, qui siègent les uns à côté des autres, juste adjacents de l’une des fameuses cathédrales de Berlin. Nous n’entrerons pas dans tous ces bâtiments à ce moment-là, notre sac de voyage étant bien trop imposant pour pouvoir espérer passer les contrôles de sécurité, encore une fois renforcés suite aux tragiques événements ayant eu lieu quelques semaines avant notre passage. C’est donc en bus que nous repartirons vers l’hôtel que nous avions réservé. Notre arrêt se situe juste à côté de l’Eglise du Souvenir, dont le clocher partiellement détruit lors des bombardements de la ville pendant la Seconde Guerre Mondiale est l’un des seuls vestiges restants. Elle donne un charme tout particulier au carrefour juste à côté, et une atmosphère toute aussi spéciale au petit marché de Noël logé là. Nous prenons la direction du sud jusqu’à atteindre notre hôtel, dans un quartier un peu plus isolé et calme. Il nous paraissait être, encore une fois, un bon compromis dans notre choix, à la croisée des transports, d’un quartier animé pour trouver de quoi se restaurer et remplir nos soirées, et suffisamment central pour ne pas avoir de trop longs transferts entre nos différents points de visite.

C’est donc le temps de déposer nos bagages que nous restons à l’hôtel, et nous reprenons ensuite le chemin du Palais du Reichstag, un peu en sens inverse de notre aller jusque là. La nuit commençait alors à tomber, plutôt rapidement d’ailleurs, et il ne nous fallait plus qu’attendre notre créneau de visite pour pouvoir accéder à la visite du siège du Parlement Allemand. Visite d’ailleurs gratuite et particulièrement bien mise en place, avec audioguides qui déclenchent automatiquement leurs différentes séquences explicatives au fur et à mesure de votre progression dans le bâtiment. L’architecture du lieu en elle-même est déjà impressionnante, mais la vue que vous avez sur le Tiergarten, la porte de Brandebourg, les différents bâtiments d’ambassades non loin, ainsi qu’à plus grande échelle sur une partie de la ville font clairement de ce lieu un incontournable à visiter. La visite de l’ensemble ainsi que de la coupole étant gratuite, il ne vous en coûtera qu’une bonne organisation dans votre voyage pour pouvoir vous faire votre propre avis.

C’est donc après cette visite que nous prenons la direction de la porte de Brandebourg, célèbre arche face au Tiergarten, dont nous avons pris le temps d’apprécier le Quadrige la surplombant, parfaitement mis en valeur par l’éclairage. Il est à noter que si c’est aujourd’hui l’un des lieux majeurs de rassemblement de la ville, cela n’a pas toujours été le cas puisque la porte faisait partie du mur de Berlin. Nous avons quant à nous traversé librement sous ses arches pour rejoindre la célèbre avenue Unter den Linden, sur laquelle se trouvent de nombreux bâtiments célèbres, ainsi que de nombreuses boutiques de souvenirs.

Nous la remonterons jusqu’à arriver au Nord de Checkpoint Charlie, lieu historique marquant la séparation de Berlin-Est et Berlin-Ouest et célèbre point de passage pendant la Guerre Froide. Aujourd’hui, il est toujours possible d’y voir le poste frontière ainsi que quelques soldats qui y font le pied de grue en attendant quelques touristes voulant faire une photo pour quelques euros on imagine. Disons que la photo du Checkpoint nous suffisait, et nous ne sommes donc pas allés plus loin. Nous avons poursuivi notre chemin jusqu’à atteindre le musée de la Topographie de la Terreur, lui aussi gratuit, comme une majorité de musées dans la ville ayant pour sujet de fond la Seconde Guerre Mondiale ou la Guerre Froide.

La particularité de ce musée est qu’il se situe à l’endroit même où siégeaient les bureaux de la Gestapo et des SS. Ces bâtiments ayant été détruits pendant la Seconde Guerre Mondiale, il n’en demeure pas moins une certaine froideur qui émane de ce bâtiment dont les sujets qu’il aborde sont aussi peu joyeux qu’incontournables à se remémorer à tout jamais. Dans ces allées où certaines font froid dans le dos, on retrouve notamment un pan entier de mur sur lequel sont recensées les différentes persécutions opérées par les services de la répression de l’époque. Ce lieu est essentiel à découvrir pour prendre la pleine mesure du drame vécu à Berlin, et ailleurs dans le même contexte.

Sur un thème moins sombre, nous ressortirons un peu moins d’une heure après pour rejoindre le quartier de notre hôtel. Nous profiterons de la soirée pour chercher de quoi nous restaurer, parcourir les magasins encore ouverts, dont les galeries regorgent d’enseignes et pour arpenter les allées du petit marché de Noël à la recherche d’un dessert. Il était alors grand temps de rejoindre la chambre, pour un repos bien mérité après une énorme journée de visite, riche en découvertes et en émotions. Mais après ce premier jour sur place, nous avions déjà compris qu’un charme tout particulier entourait Berlin, une ville qui a souffert, a été longtemps divisée, le reste encore quelque part aujourd’hui, mais essaye petit à petit de retrouver une certaine vie, plus sereine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.