Stockholm – 2017 – Jour 3

En ce troisième jour sur place, nous avons planifié de nous éloigner davantage du centre, pour tenter plusieurs expériences très différentes, plus modernes aussi. C’est en train que nous avons rejoint le quartier où se trouve le Ericsson Globe. Si le globe est en fait une salle omnisports, c’est surtout son activité Skyview proposée qui nous a attiré jusqu’à lui.

De par sa conception, le globe vous permet via un ascenseur extérieur, de grimper jusqu’à son sommet dans une bulle. Il a cela d’intelligent que, dans son fonctionnement, c’est la bulle en haut qui permet, en grande partie, à la bulle d’en bas de monter, et vice-versa lorsque la seconde bulle a atteint le sommet. Nous avons bien senti que nous nous étions éloignés du centre, les touristes se raréfiant, et le quartier étant très calme. Heureusement cela dit, parce que le nombre de places est limité et en période de forte affluence, la visite doit être bien moins facile à faire. A noter que nous avions un peu d’avance, mais que rien ne nous aura vraiment permis de tuer un peu le temps autour du globe, le quartier devant surtout vivre de cela et comportant de nombreux grands bâtiments devant être des bureaux ou des entreprises. En tout cas, la ville vue d’en haut mérite le petit tour d’ascenseur. L’expérience étant dans le pass, nous ne pouvions passer à côté, surtout parce qu’elle reste assez unique en son genre.

C’est ensuite au hasard des rues que nous avons rejoint le musée de la photographie, sur la rive Sud de Stockholm, si l’on peut le dire ainsi. Nous n’avions pas planifié d’y entrer initialement, enfin du moins, pas pour en faire la visite complète, mais simplement, au mieux pour y admirer la vue depuis le café à l’étage, qui d’après notre guide de poche valait le coup d’œil. Mais alors que des trombes d’eau commençaient à nous tomber sur la tête, nous avons décidé d’aller en parcourir quelques niveaux, avec au mieux l’occasion de tuer un peu le temps devant un art pour lequel nous n’avons pas forcément la sensibilité nécessaire. Finalement, quelques collections ressortaient du lot quand même, et je me souviens de quelques clichés percutants, rendant ainsi la visite au moins intéressante.

Quelques quarts d’heure plus tard, notre bateau arrivant doucement au loin, sous un flot incessant, nous sommes finalement sortis pour affronter le déluge et l’attendre, de peur de le manquer. Il nous a ramené vers le centre, où nous avons choisi de faire les boutiques, à la recherche d’une inespérée protection contre cette pluie, bien décidée à s’installer pour le reste de la journée.

Nous sommes à un moment tombés sur le musée de l’armée, au détour d’une petite rue piétonne, interpellés par la musique que nous entendions. Il se trouvait non loin du marché couvert dans lequel nous voulions nous abriter et profiter d’une petite pause, mais dont les portes étaient déjà fermées pour le reste de la journée.

C’est donc suite à cela que nous avons pris la direction de l’Invisible Exhibition, dont nous avions réservé une session par internet, après y être arrivés un peu trop tard la veille après le musée de la technologie. Incluse dans le pass à cette époque, elle n’en fait aujourd’hui plus partie et semble même définitivement fermée à Stockholm. Elle reste néanmoins toujours en activité dans d’autres villes européennes comme Budapest, et nous ne saurions que trop vous recommander de tenter l’expérience.

Celle-ci consiste à parcourir plusieurs salles, correspondant chacune à un scénario de la vie quotidienne, plongées dans le noir, et accompagné d’une personne malvoyante ou non-voyante. Après une petite introduction en sa compagnie, nous avons pénétré dans les premières pièces complètement à l’aveugle, et essayé de repérer face à quoi nous étions, de comprendre comment faire, pour se faire à manger, pour s’orienter, pour utiliser ses autres sens quand la vue ne peut pas ou plus nous servir. Au début, vous êtes complètement déstabilisés, vous avez peur de tomber, de percuter votre voisin de devant, ou même votre guide, mais finalement vous apprenez à avancer dans le noir, à garder des repères, à suivre l’angle du meuble, ou à écouter ce qui vous entoure. Bien évidemment, nous n’apprendrons pas à supplanter notre vue en une heure, mais l’expérience vous sensibilise, casse certains préjugés, et vous apprend plein de choses.

En ressortant, la première chose qui vous interpelle, c’est qu’une heure s’est écoulée, alors que vous avez l’impression de n’y avoir passé qu’un quart d’heure tellement la notion de temps devient imperceptible, tellement vous êtes en alerte, en apprentissage constant. Nous avons, par exemple, appris que malgré l’idée reçue que nous avions, il était probablement plus dangereux pour une personne non-voyante d’être en pleine nature qu’en pleine ville, le cadre de la ville, notamment celui de Stockholm étant particulièrement préparé pour accueillir ces personnes et leur donnant de nombreux repères auxquels elles peuvent s’accrocher, à défaut de les voir. Pour conclure, c’est une visite 100% humaine que nous vous recommandons de faire si vous voulez vous ouvrir certaines perspectives et vous enrichir, sachant qu’en plus vous donnez la possibilité à des personnes en situation de handicap de travailler tout en prenant plaisir à partager leur expérience avec vous.

La fin de la journée approchant, nous nous sommes penchés sur nos options pour le repas du soir. Nous avions repéré un Vapiano non loin de notre position. Ce dernier étant complètement plein, et n’ayant pas envie d’un plan B dans notre choix, notre compromis s’est porté sur retraverser la moitié de la ville pour se diriger vers un autre restaurant de la même enseigne, moins plein à craquer celui-ci, et ainsi profiter d’une valeur sûre pour terminer cette journée éprouvante en marche et en lutte contre le climat suédois revenu à la charge brutalement en début d’après-midi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.